❄️ 🍾 Investir facilement dans le champagne.

🥂🥂🥂

Hey Snowballers !

J’espère que vous allez toutes et tous bien !

Bienvenue aux 181 nouvelles personnes qui nous ont rejoints depuis le 30 juin 2021.

Dans cette nouvelle édition gratuite de Snowball, nous allons étudier un investissement alternatif qui pourrait plaire à beaucoup d’abonné·es Snowball : le champagne.

En effet, investir ce n’est pas forcément acheter que des actifs abstraits comme des actions, des obligations ou encore des cryptomonnaies. Vous pouvez souvent allier investissement et passion/plaisir.

Par exemple, j’ai récemment fait l’achat d’une sculpture modèle réduit édition limitée d’un artiste que j’adore : Daniel Arsham.

Autre exemple, j’adore les LEGO et j’essaye de surveiller les nouvelles sorties qui un jour pourraient prendre de la valeur. J’achète en général en double. Une version pour jouer avec et une autre que je garde de côté. J’avais d’ailleurs dédié une édition complète à ce sujet.

Dans ce même univers des investissements alternatifs, le vin et le champagne sont d’excellents candidats.

Dans cette édition, vous verrez pourquoi il est intéressant d’investir dans le champagne et surtout comment vous pouvez vous lancer sans vous ruiner.

Avant ça, voici quelques news Snowball :

  • 📚 Le livre Snowball devrait sortir aux alentours de janvier 2022 (je dois rendre le manuscrit pour fin septembre).

  • 🖼 Le premier NFT Snowball a été vendu à Erwan pour 0,084 ETH ou environ 170 dollars à l’heure où j’écris cette édition. Il devrait recevoir la version physique dans les prochains jours. Pour être informé des prochaines enchères NFT Snowball, c’est par ici.

C’est donc parti pour une nouvelle édition !

P.S. N’oubliez pas de suivre Snowball sur TwitterLinkedIn, et Instagram.


Sommaire de cette édition

  • Introduction : Pourquoi le champagne ?

  • I/ Aperçu du marché du champagne

  • II/ Pourquoi investir dans le champagne ?

  • III/ Comment sélectionner une bouteille ?

  • IV/ Quels sont les risques d’investir dans le champagne ?

  • V/ Comment se lancer et investir dans le champagne ?

  • Conclusion


Introduction : Pourquoi le champagne ?

Comme vous pouvez l’imaginer, le prix du champagne n’est pas lié de près au prix des actions ou des crypto. On dit donc que le champagne (vu comme investissement) est un actif décorrélé des marchés financiers. Si le prix des actions ou des crypto s’effondre, le prix du champagne ne s’effondrera pas forcément.

C’est ainsi un bon moyen de diversifier ses investissements et de lisser les mouvements de son portefeuille.

Comme je disais dans l’édition sur les LEGO, je vois l’investissement dans le champagne comme un investissement plaisir, qui nécessite un peu de connaissance et surtout de s’y intéresser (sauf si vous déléguez toute la gestion de ce type d’investissement).

À chaque fois que j’investis dans quelque chose, c’est toujours un investissement qui me fait plaisir et que j’essaye de comprendre (même si cette compréhension ne s’arrête qu’aux bases) :

  • La plupart des actions dans lesquelles je vais investir sont des entreprises que j’apprécie avec des business que je comprends.

  • J’aime l’art —> j’investis via Masterworks.

  • J’aime les startups —> investissement dans Comet, Citymapper, Lago ou encore Curve.

  • J’aime l’immobilier et l’architecture —> j’ai acheté un petit immeuble avec des amis.

  • J’aime la finance et construire des produits —> j’investis mon temps dans Snowball pour que cela me rapporte un retour sur investissement.

  • J’aime le champagne —> c’est le sujet d’aujourd’hui…

Il existe évidemment des investissements qui ne m’apportent pas tant de plaisir que ça, comme les investissements dans des ETF ou encore dans Yomoni, mais qui m’apportent plus de sécurité et de diversification. Il faut savoir jongler entre investissement actif et passif. Comme dit Benjamin Graham, selon votre profil, il faut pouvoir déterminer sa façon d’investir. Graham conseille 90 % d’investissement passif dans des ETF et 10 % dans des investissements plus actifs. Libre à vous de créer votre propre équilibre.

Une chose intéressante à savoir est que les personnes très riches possèdent en moyenne 10 % de leur richesse dans des objets de collection (y compris vin et champagne) pour diversifier, mais aussi pour se prémunir des fluctuations importantes des marchés.

Les grands fans de champagne pourraient dire que considérer le champagne comme un investissement est une ineptie. Je ne rentre pas dans le débat. Chacun se forge sa propre opinion. Personnellement, je vois ça comme une façon de non seulement faire plaisir à la future personne qui rachètera votre bouteille dans x années, mais aussi de générer un bénéfice. En plus, rien ne vous empêche d’acheter une bouteille (ou plus) pour votre propre consommation et une (ou plusieurs) bouteille pour la revente…

OK ! Vous aimez le champagne ? Vous voulez investir dans le champagne ?

Creusons donc un peu ce sujet !


I/ Aperçu du marché du champagne

Comme vous le savez toutes et tous, le champagne doit forcément venir de Champagne pour s’appeler champagne (exception si vous vivez en Russie).

Une autre restriction pour avoir la chance d’arborer le nom champagne sur son étiquette est de cueillir le raisin à la main. Pas de machine.

Bien qu'il existe sept cépages "approuvés" pour la production de champagne, la majorité est obtenue en mélangeant seulement trois types de raisins : le pinot noir et le meunier, ainsi que le chardonnay blanc. Il existe bien évidemment d’autres variétés “niches” comme le Blanc de Blancs (seulement du raisin blanc, principalement du Chardonnay) ou encore le champagne rosé qui naît d’un mélange entre du vin rouge non pétillant et du blanc pétillant.

Le champagne est “simplement” un vin blanc pétillant. Les bulles naissent d’une seconde fermentation qui a lieu directement dans la bouteille.

La durée de vie d’un champagne est plus faible que celle d’un vin. Les cuvées millésimées peuvent se conserver entre 15 et 20 ans avant de perdre leur pétillant.

Nous pouvons donc observer sur ce marché :

  • Rareté : une seule petite région dans le monde peut produire du champagne.

  • Forte demande : le champagne est une boisson festive consommée partout dans le monde. C’est également un signe de statut social.

Rareté x forte demande = prix élevés. C’est aussi simple que ça.

En 2020, c’est plus de 230 millions de bouteilles qui ont été produites pour une valeur d’un peu moins de 4 milliards d’euros. Ces 240 millions de bouteilles représentent environ 1/3 du marché global des vins pétillants. Parmi ces 240 millions de bouteilles, 1/3 sont des Dom Perignon.

Les plus gros importateurs ? Le Royaume-Uni et les US qui absorbent 20 millions de bouteilles par an chacun. Ils sont suivis par le Japon et l’Allemagne qui achètent chacun environ 10 millions de bouteilles par an.

Quand vous investissez dans le champagne, il est important de faire la différence entre les bouteilles millésimées et les bouteilles classiques. Que veut donc dire l’adjectif millésimé ? Tout simplement que 100 % du raisin qui a permis la création de ce champagne a été récolté la même année. La plupart des champagnes, pour conserver un certain niveau de goût, vont mélanger des champagnes d’années différentes. Un millésime ne peut naître que lors d’une année exceptionnelle en termes de récolte de raisins. De ce fait, ils sont bien plus rares et prennent plus de valeur que d’autres bouteilles non millésimées.

Vous comprenez donc la base de l’investissement dans le champagne. Une petite production, beaucoup de demande, la possibilité de vieillir et donc de devenir de plus en plus rare, mais creusons un peu les raisons qui se cachent derrière ce type d’investissement.


II/ Pourquoi investir dans le champagne ?

Jusqu’à encore peu de temps, le champagne était relativement boudé des investisseurs dans le vin. Les choses changent et l’intérêt des investisseurs pour les bulles augmente de plus en plus.

Ça veut dire quoi ?

Que le potentiel de croissance est plus fort que dans l’univers du vin !

Le champagne représente aujourd’hui environ 7 % des transactions secondaires (reventes des bouteilles après achat initial).

Ce chiffre de 7 % va certainement augmenter et permettre encore plus de croissance pour cet actif.

En effet, comme nous le montre cet index de Liv-ex qui suit les derniers millésimes de 12 champagnes, le Liv-ex Champagne 50 Index, c’est près de 60 % de croissance sur les 5 dernières années.

Et une croissance stable et peu volatile (pas de gigantesques hausses ou chutes comme le marché des cryptomonnaies par exemple) :

OK OK, on voit qu’il y a de la croissance, mais comment choisir une bouteille ?


III/ Comment sélectionner une bouteille ?

Ici, c’est un peu comme sélectionner une action, pas de vérité absolue. Il existe des critères de sélection, mais le facteur “chance” entre également en jeu.

Quels sont donc les facteurs qui peuvent influencer le prix d’un champagne ? Tout d’abord sa commercialisation, ensuite sa rareté, le facteur “marque”, la qualité du millésime, les critiques et pour finir, la taille de la bouteille.

Introduction d’une nouvelle cuvée.

Il existe une forme de saisonnalité dans les prix des champagnes. Tout comme il existe souvent une hausse soudaine du prix d’une action lors d’une entrée en Bourse, les prix d’une nouvelle cuvée de champagne vont souvent augmenter lors de sa commercialisation avant de redescendre, se stabiliser, puis repartir à la hausse.

La rareté.

C’est certainement le plus important pour déterminer la qualité d’un investissement dans le champagne.

La rareté est d’abord créée par le nombre de bouteilles de la cuvée. Une cuvée millésimée comptera par exemple moins de bouteilles qu’une cuvée plus classique.

Ensuite, la rareté augmente avec le temps en même temps que les bouteilles sont consommées.

Il faut savoir que la demande globale pour le champagne augmente chaque année. En effet, la richesse de certaines nations augmente et de plus en plus de personnes sont désormais capables de se payer une bouteille de champagne. Regarder simplement cette courbe de la richesse en Chine :

Si plus de demande, plus de consommation, ainsi plus de rareté, donc les prix augmentent.

Si vous souhaitez investir dans le champagne, focalisez-vous sur les millésimes pour vous assurer d’un degré de rareté suffisant. C’est essentiellement ce type de champagne qui a le plus de chance de prendre de la valeur avec le temps.

Par exemple, le champagne Salon est un petit producteur avec très peu de millésimes comparé à d’autres producteurs. C’est pour cette raison que ses bouteilles se sont bien plus appréciées que le marché global du champagne.

La marque.

Nous sommes dans l’univers du luxe, où la renommée de la marque joue un rôle primordial dans la perception d’un produit.

💡 Les marques sur lesquelles se focalisent les investisseurs et les consommateurs sont les suivantes :

- Moët & Chandon “Dom Pérignon”
- Louis Roederer “Cristal”
- Krug
- Bollinger “Grande Année” et “R.D.”
- Pol Roger “Sir Winston Churchill”
- Salon
- Taittinger “Comtes de Champagne”
- Armand de Brignac
- Boërl & Kroff


La qualité du millésime.

Avant d’investir dans un champagne, il faut également regarder la qualité du millésime.

Pour rappel, un millésime est produit lorsque la récolte du raisin est incroyable. Un raisin qui a parfaitement mûri fera généralement naître un nouveau millésime. Le réchauffement climatique est en train de dérégler les récoltes en champagne. Il se peut que les millésimes deviennent de plus en plus rares (ou de plus en plus nombreux ? Je ne sais pas vraiment…).

Vu que le champagne est produit dans le nord de la France et que le temps est moins prévisible que dans le Sud, les millésimes se font plus rares.

💡 Les derniers millésimes les plus prisés sont le 2006, 2008 et  2012.


Les critiques.

Un champagne détesté des critiques aura du mal à se vendre, millésime ou pas. De ce fait, il est important de regarder les critiques d’une cuvée avant de l’acheter.

💡 Voici quelques critiques que vous pouvez suivre : Lisa Perotti-Brown, Richard Juhlin ou Antonio Galloni.


La taille de la bouteille.

C’est encore une fois une question de rareté. Certaines tailles de bouteilles sont très rares. Un exemple : le Midas. C’est une bouteille de 30 litres ! Un véritable objet de collection à part entière.

Cependant, il faut savoir que les bouteilles plus grandes se vendent entre 10 et 20 % plus cher au litre qu’une bouteille classique de 75cl. De ce fait, le risque est également plus élevé si cette cuvée ne prend pas de valeur.

Vous connaissez maintenant les bases pour sélectionner une bouteille de champagne. Comme dans tout investissement, il faut être au courant des risques avant de se lancer.


IV/ Quels sont les risques d’investir dans le champagne ?

Comme je disais au tout début de cette édition, il existe toujours une part de chance ou de hasard dans n’importe quel investissement. Cette incertitude crée du risque.

Par exemple, même si la consommation de champagne semble augmenter année après année, il se peut que cette croissance puisse non seulement ralentir, mais peut-être tout simplement s’arrêter au profit d’autres types de vins pétillants, comme le Prosecco. Le risque est cependant très faible compte tenu de la catégorie de produit de luxe bien acquise par le champagne français.

Il se peut également que l’appétit des investisseurs pour cet actif diminue. Si c’était le cas, la demande diminuerait et le prix du champagne en général aussi.

Un autre risque est le stockage. En effet, le champagne est un produit “vivant” qui nécessite des conditions particulières pour une conservation optimale dans le temps. Si vous possédez une cave spéciale champagne, c’est l’idéal. Il existe également des services de stockages qui conservent vos bouteilles, les protègent et les assurent.

Vous connaissez les avantages d’investir dans le champagne et ses risques. Comment se lancer ?


V/ Comment se lancer et investir dans le champagne ?

Tout d’abord, éviter les arnaques et autres scams qui inondent le net en vous proposant d’investir à votre place en l’échange d’une certaine somme. Voici un bel exemple expliqué par le site Deontofi.

Une fois les arnaques évitées, plusieurs solutions s’offrent à vous.

En solo.

Vous partez à l’aventure, vous lisez des magazines et autres sites internet, vous suivez les meilleures chaînes Youtube pour découvrir les millésimes et les meilleures marques de champagne dans lesquelles investir (vous avez d’ailleurs déjà pas mal d’infos dans cette édition pour vous lancer en solo).

Attention au stockage. Comme nous le dit le site du Comité Champagne :

On peut toutefois le garder plusieurs années à condition de conserver la bouteille couchée, au frais, à l’abri de la lumière et des courants d’air.

L'essentiel étant de respecter :

  • une température basse et constante (autour de 10°C),

  • une hygrométrie élevée (taux d'humidité)

  • une conservation à l’abri de la lumière, du bruit et des vibrations.

Il vous faudra donc posséder une vraie cave ou bien une cave artificielle.

Se faire accompagner par un expert.

Vous pouvez vous faire accompagner par des assistants virtuels, comme celui proposé par l’entreprise française Cavissima :

En utilisant ce type de service, vous pourrez plus facilement sélectionner vos bouteilles, mais aussi faciliter le stockage et la revente. Il existe cependant des frais liés à tout cela :

  • Stockage : 0,12 € TTC / mois par bouteille et 0,18 € TTC / mois par magnum.

  • Transactions : 8,4 % TTC de la valeur des vins (min. 10 €). Les frais de transaction seront prélevés sur le portefeuille client dès la revente d’un vin.

U’Wine est également un acteur français qui vous permet de vous aider à investir dans le vin via une présélection et d’autres services :

Vous pouvez également vous faire accompagner par un expert de l’espèce humaine. 😅

Dans ce cas, vous pouvez chercher dans votre réseau si vous avez des experts vin/champagne, ou alors vous diriger vers des services pro.

Encore une fois, Cavissima propose ce type de services, avec un ticket d’entrée qui n’est pas négligeable : 20 000 € !

U’Wine possède également un service similaire :

Le ticket d’entrée est encore une fois relativement élevé : 20 000 €.

Le site anglais Cult Wines permet également de faire ce genre d’investissements éclairés pour un minimum de 10 000 £ ou 20 000 £ selon le niveau de service.

Passer par des fonds d’investissement dans le vin. Le vin-papier. 😅

Ici, vous ne pourrez pas investir que dans le champagne, mais plutôt dans un fonds qui sera composé de bouteilles de vins et de champagnes. Un exemple de fonds :

  • Uzès Grands Crus : seul fonds français à avoir reçu l’agrément de l’AMF. Ticket d’entrée minimum : 30 000 €.

Et la fiscalité dans tout ça ?

Tout dépend du produit, mais si nous simplifions à l’achat/revente de quelques bouteilles (activité non professionnelle), alors1 :

  • Le champagne est considéré comme un bien meuble. Dans la mesure où les dispositions fiscales prévues par l’article 150 UA du Code Général des Impôts restent toujours en vigueur, l’investissement dans le champagne bénéficie d’une exonération d’impôt pour toute cession dont la valeur du lot est inférieure à 5 000 €.

  • Les biens meubles sont assujettis à l’impôt sur la plus-value dès l’instant où le lot vendu comporte au moins une bouteille dont le prix de cession est supérieur ou égal à 5 000 €. Ces dispositions s’appliquent, cession par cession, quelle que soit la nature du bien.

  • Un abattement de 5 % par année de détention au-delà de la deuxième est accordé par l’administration fiscale.


Conclusion

Investir dans le champagne semble être une activité relativement “fun” si vous aimez cette boisson et que vous souhaitez en apprendre davantage. C’est typiquement un investissement qui vous aide à apprendre des choses sur l’actif sous-jacent (ici le champagne).

Vous pouvez commencer par moins de 100 euros en achetant un bon millésime, et monter jusqu’à plusieurs dizaines de milliers d’euros si vous souhaitez aller plus loin et passer en gestion active par des professionnels.

Ce type d’investissement est un bon moyen de diversifier son portefeuille global, tout en se faisant plaisir.

Et comme quasiment tout dans la vie, avec modération…


That’s it! 💌 Comme toujours, vous pouvez tout simplement répondre à cet e-mail, je lis et réponds à tous vos messages. Si je ne le fais pas au bout d’une semaine, relancez-moi ! Il m’arrive d’en oublier dans le flux. :)

Bonne fin de semaine à toutes et à tous.

👉 N’oubliez pas d’ajouter un petit cœur si ça vous a plu. :)

💖 Et si vous pensez que quelqu’un dans votre entourage pourrait être intéressé par cette édition de Snowball, n’hésitez pas à simplement transférer cet e-mail ou bien à cliquer sur le bouton ci-dessous. 💖

Share

Yoann. ❤️


🚨 Avertissement : Comme je vous le répète souvent, je n’ai pas de boule magique. 🧙‍♀️ Vous comprenez donc qu'en lisant "Snowball", vous ne recevez pas de conseils en matière d'investissement. De plus, je ne vous connais pas assez. Aucun contenu publié ici ne constitue une recommandation selon laquelle un titre, un portefeuille de titres, une transaction ou une stratégie d'investissement particuliers conviennent à une personne spécifique. Vous comprenez également que je ne vous conseille pas personnellement sur la nature, le potentiel, la valeur ou la pertinence d'un titre, d'un portefeuille de titres, d'une transaction, d'une stratégie d'investissement ou de tout autre sujet. Dans la mesure où tout contenu publié peut être considéré comme un conseil ou une recommandation d'investissement en rapport avec un titre particulier, ces informations sont impersonnelles et ne sont pas adaptées aux besoins d'investissement d'une personne spécifique. Vous comprenez qu'un investissement dans un titre quelconque est soumis à un certain nombre de risques, et que les discussions sur un titre publié sur "Snowball" ne contiendront pas de liste ou de description des facteurs de risque pertinents.

Ah, et "Snowball" n'est pas destiné à fournir des conseils fiscaux, juridiques, d'assurance ou d'investissement, et rien de ce qui est publié ici ne doit être interprété comme une offre de vente, une sollicitation d'offre d'achat, ou une recommandation pour un titre quelconque par son (ses) auteur(s) ou un tiers. Vous êtes seul responsable de déterminer si un investissement, une action ou une stratégie, ou tout autre produit ou service, vous convient en fonction de vos objectifs d'investissement et de votre situation personnelle et financière. Vous devez consulter un conseiller financier ou un professionnel de la fiscalité concernant votre situation juridique, financière ou fiscale spécifique.

1

https://www.cavissima.com/investir-vin/investir-dans-le-vin-fiscalite/