❄️ 🥃 Le shot de trop

Lancement d'Econ 101.

Hey Snowballers !

J’espère que vous allez bien et que vous avez passé un excellent week-end !

Avant la prochaine édition gratuite de Snowball d’ici quelques jours, je souhaitais vous parler du lancement d’une nouvelle newsletter dans l’écosystème Snowball :

Econ 101

En effet, il y a quelques semaines, j’ai partagé cela aux abonnés Premiums de Snowball :

J’ai en effet décidé, de temps en temps, de vous partager et d’expliquer certains concepts économiques importants dans la vie de tous les jours. Non, l’économie ce n’est pas que parler de PIB, de taux de chômage ou encore d’imports-exports. L’économie, c’est aussi un outil utile pour analyser les comportements humains et pour aider à prendre de bonnes décisions.

N’ayez pas peur, on restera sur des concepts simples à comprendre, non pas sur un cours théorique d’amphi !

D’ailleurs, je pense peut-être en faire une newsletter séparée, dans le bundle Snowball, pas de nouvel abonnement, juste une case à cocher pour recevoir ou non ces autres e-mails. Cela permettra aux seules personnes intéressées d’accéder à ce contenu sans créer de bruit inutile pour les autres. Qu’en pensez-vous ?

Les retours ont été excellents !

  • Excellente idée ! J'aime bien que ce soit un choix. 🙂👍🏻

  • Carrément partant ! Bonne idée Yoann !

  • Totalement pour ! Et je pense que c'est important de maîtriser les bases pour tout.es.

  • Super idée. 😁

  • Bonne idée, que ce soit intégré à Snowball ou à part, je trouve ça top.

  • Très bonne idée 👍.

Du coup, suite à ces retours et à ma passion pour l’économie, j’ai donc décidé de lancer la nouvelle newsletter de la famille Snowball : ECON 101.

Pourquoi ECON 101 ? Ceux qui connaissent un peu le système américain savent que les cours à l’université sont souvent nommés avec des numéros après l’abréviation de la matière pour indiquer le niveau de difficulté, l’année, etc. En général, la première année, vous pourrez suivre ECON 101, MKTG 101, FIN 101, MATH 101, etc. En deuxième année, vous passerez sur des concepts plus complexes avec ECON 202, etc. et ainsi de suite.

Le numéro 101 est souvent utilisé pour des classes d’introduction à une matière.

Aux US, beaucoup d’étudiants, même celles et ceux qui ne veulent pas forcément être diplômés en finance ou en économie, décident de prendre en première année le célèbre cours ECON 101.

C’est très différent en France.

Un étudiant en école d’ingénieur ou n’importe quelle autre discipline ne sera pas forcément exposé aux concepts économiques de bases qui sont pourtant si précieux.

En effet, comme nous le dit Michael R. Strain, un Économiste qui publie également des chroniques sur Bloomberg :

Economics 101 matters. The standard introductory class for college students, and its textbooks, shapes the way millions of people think about markets, the economy and society. Indeed, they serve as the only formal exposure to economics for most people in a variety of professions.

Bref ! Tout ça pour dire que l’économie, c’est important, et pas seulement pour les économistes ! Pour vous, pour moi, pour vos enfants, pour vos maris et femmes, pour tout le monde.

Quelle fréquence pour ECON 101 ?

  • Deux e-mails par mois pour les abonnés Premiums.

  • Un e-mail de temps en temps pour les abonnés gratuits.

Si vous ne voulez pas les rater en plus des Snow Reports du dimanche soir et de la newsletter quotidienne sur WhatsApp… 👇

Comment s’inscrire à ECON 101 ?

Ce sujet vous intéresse ?

C’est très simple, RDV sur votre compte Snowball et sélectionnez ECON 101 comme ci-dessous (vous êtes par défaut désinscrits) :

Je m'inscris à ECON 101

Mais ça ressemblera à quoi exactement ECON 101 ?

Voici deux exemples que j’ai déjà partagés aux abonnés Premiums :

Exemple 1 : Comprendre les concepts clés en économie : le coût d’opportunité.

📝 TLDR

  • C’est le bénéfice qu’un individu ou une entité perd en choisissant une alternative plutôt qu’une autre.

  • Ce coût est souvent complètement laissé de côté, car il est par définition invisible.

  • Exemple d’un coût d’opportunité : le coût d’opportunité d’acheter un café Starbucks tous les jours correspond aux retours que vous auriez pu obtenir en plaçant cet argent en Bourse.

📝 Version complète

Pour un groupe d’économistes suédois, c’est de loin le principe le plus important à connaître en économie.

Le coût d’opportunité est simple en apparence :

C’est le bénéfice qu’un individu ou une entité perd en choisissant une alternative plutôt qu’une autre.

Ce coût est souvent complètement laissé de côté, car il est par définition invisible.

La formule pour calculer un coût d’opportunité est simple :

Coût d’opportunité = Retours de la meilleure alternative non sélectionnée - Retours de l’alternative sélectionnée.

Plusieurs exemples pour mieux comprendre :

  • Le coût d’opportunité de faire un prêt immobilier correspond aux retours que vous ne pourrez pas obtenir en investissant dans des actifs avec des rendements plus élevés.

  • Le coût d’opportunité de distribuer des dividendes à ses actionnaires correspond à la croissance perdue liée au non-réinvestissement des profits dans le business de l’entreprise.

  • Le coût d’opportunité d’acheter un café Starbucks tous les jours correspond aux retours que vous auriez pu obtenir en plaçant cet argent en Bourse.

  • Le coût d’opportunité d’une soirée bien arrosée correspond au temps perdu sur votre projet à cause de votre gueule de bois.

  • Le coût d’opportunité de fumer est non seulement monétaire (vous pourriez investir cet argent), mais aussi un coût lié à votre santé future.

Vous comprenez donc à quel point ce concept est important non seulement pour une entreprise qui va chercher à faire les meilleurs investissements pour favoriser sa croissance, mais aussi pour des individus comme vous et moi pour prendre des décisions plus éclairées.

Quand vous comparez deux alternatives pour déterminer un coût d’opportunité, il est important que les risques liés à ces alternatives soient similaires. Par exemple, il serait peu judicieux de déterminer le coût d’opportunité d’acheter une maison plutôt que d’investir dans des cryptomonnaies. Les gains potentiels liés à un investissement dans des crypto sont gigantesques, mais le risque est lui aussi gigantesque. Investir dans l’immobilier est un investissement avec de potentiels gains plus faibles, mais un risque lui aussi beaucoup plus faible. Comparer un investissement dans l’immobilier avec un investissement dans des ETFs diversifiés est un choix plus judicieux et cohérent.

Pourquoi c’est important pour vous ? Afin de vous expliquer ça simplement, imaginez que vous avez 18 ans. Vos parents vous incitent à investir toute votre épargne (disons 100 € / mois) dans une assurance vie avec un rendement moyen de 2,5 % / an. À 68 ans, 50 ans plus tard, vous aurez accumulé environ 117 000 €. Cependant, si vous aviez investi ces 100 € dans des assurances vie plus dynamiques, ou tout simplement dans des ETFs de type S&P 500 (retours d’environ 8 % par an depuis 1957), vous auriez pu finir avec un portefeuille d’une valeur de près de 690 000 euros ! Le coût d’opportunité est donc ici de 117 000 - 690 000 = - 573 000 € ! Gardez bien en tête cette notion de coût d’opportunités lors de vos prochaines décisions.

Exemple 2 : Le verre de trop et la notion d’effet marginal.

📝 TLDR

  • L’effet marginal est en gros la variation de quelque chose qui dépend d’une autre quand cette autre chose varie de très peu.

  • Par exemple, le coût marginal pour Netflix d’ajouter un nouvel utilisateur est quasi nul et tend vers 0. En effet, si vous vous abonnez à Netflix, l’entreprise a déjà mis en place son infrastructure pour vous permettre de streamer vos séries TV, elle n’aura pas besoin d’acheter de nouveaux serveurs, de câbler votre appartement, etc. Le coût de vous ajouter est nul.

  • Cela marche également avec les bénéfices : le bénéfice marginal pour Airbus de gagner un nouveau client (une nouvelle compagnie aérienne) est gigantesque.

  • Le bénéfice marginal pour Amazon de gagner un nouvel abonné Prime n’est pas gigantesque, mais si vous comparez à son coût marginal, alors la différence est énorme et si vous multipliez ça par le nombre d’abonnés Prime (plus de 80 % des ménages aux US), vous vous retrouvez avec des chiffres gigantesques.

  • Vous pouvez utiliser ce concept pour investir en vous posant ce type de questions : quel est son coût marginal d’acquisition ? Son bénéfice marginal ? etc.

  • Cela marche avec plein d’autres choses. Le coût marginal de sourire à quelqu’un, de donner de l’argent à une personne en difficulté, d’offrir votre produit à des personnes en difficulté, etc.

📝 Version complète

C’est donc la dernière fois que vous verrez ce type de contenu dans le Snow Report, pour suivre les prochains mini cours d’éco afin de mieux comprendre le monde qui vous entoure, c’est par ici !

Donc l’effet marginal…

Si on veut être chiant et académique, c’est selon Wikipedia (et la plupart des manuels d’économie), l'effet d'une modification à la marge d'une variable économique.1

Super 👌.

Et si vous voulez aller plus loin, mathématiquement, l'effet marginal d'une variable X sur une variable Y s'exprime au moyen de la dérivée ou encore de la dérivée partielle si Y dépend également d'autres variables :

Haha j’arrête !

Mais en gros, c’est très simple et ce concept peut être appliqué à énormément de choses. C’est la variation de quelque chose qui dépend d’une autre quand cette autre chose varie de très peu.

Par exemple, le coût marginal pour Netflix d’ajouter un nouvel utilisateur est quasi nul et tend vers 0. En effet, si vous vous abonnez à Netflix, l’entreprise a déjà mis en place son infrastructure pour vous permettre de streamer vos séries TV, elle n’aura pas besoin d’acheter de nouveaux serveurs, de câbler votre appartement, etc. Le coût de vous ajouter est nul.

Le coût marginal pour moi d’ajouter un nouvel abonné payant à Snowball est nul. Que j’écrive ce contenu pour 1 ou 10 000 personnes, mon coût restera similaire. C’est pour cette raison par exemple que le fait d’offrir Snowball aux étudiants et personnes en difficultés financières est possible.

A contrario, et attention on va mixer deux concepts, le coût marginal pour un freelance d’ajouter un nouveau client peut être très élevé. Tout d’abord parce qu’avoir un nouveau client nécessite d’apprendre à le connaître, de créer du contenu et du travail spécifique, mais aussi et surtout, cela crée un énorme coût d’opportunité. En effet, prendre ce nouveau client fait que vous devez dire adieu à votre temps libre ou encore à ce projet perso sur lequel vous bossez. C’est pour ça que le rêve de tout freelance est souvent de transformer son expertise en produit “scalable” comme on dit, pour faire en sorte que le coût marginal d’avoir un client de plus soit nul. Une personne qui fait du conseil en vente pourra par exemple décider de créer un cours préenregistré en ligne. Que ce cours soit visionné par 1 ou 10 000 personnes, le coût sera le même.

Ici on parle de coûts, mais vous pouvez aussi utiliser l’effet marginal pour analyser les bénéfices.

Le bénéfice marginal pour Airbus de gagner un nouveau client (une nouvelle compagnie aérienne) est gigantesque.

Le bénéfice marginal pour Amazon de gagner un nouvel abonné Prime n’est pas gigantesque, mais si vous comparez à son coût marginal, alors la différence est énorme et si vous multipliez ça par le nombre d’abonnés Prime (plus de 80 % des ménages aux US), vous vous retrouvez avec des chiffres gigantesques.

C’est ici que le concept devient intéressant pour analyser un business et qui peut alors être utile aux investisseurs. Si le coût marginal d’ajouter un nouvel utilisateur est proche de 0, mais que le bénéfice marginal est > 0, alors vous possédez un superbe modèle économique qui permet de générer énormément de revenus.

C’est pour cette raison, en général, que les boîtes tech sont tellement appréciées des investisseurs. Le coût marginal d’ajouter un nouvel utilisateur étant proche de 0, elles peuvent croître à des vitesses incroyables et donc générer des revenus gigantesques.

Si une boulangère souhaite acquérir plus de clients, il faudra à un moment investir dans un nouveau pétrin, un nouveau four, de nouveaux employés et potentiellement une nouvelle boulangerie. Cette limite arrive très vite, alors que pour une boîte tech, il faudra atteindre une énorme croissance pour devoir ajouter de nouveaux serveurs, de nouveaux employés, etc.

Rappelez-vous lorsque Facebook a racheté WhatsApp pour 19 milliards de dollars, alors que la célèbre messagerie comptait 420 millions d’utilisateurs actifs par mois pour seulement 55 employés ! Un employé pouvait donc gérer environ 7 636 000 utilisateurs ! C’est ce qu’on appelle un coût marginal extrêmement bas !

Vous voyez donc que cet effet marginal peut donc aider des entrepreneurs à prendre des décisions (surtout quand c’est couplé avec le coût d’opportunité), mais qu’il peut aussi être utile dans votre vie :

  • Est-ce que cela vaut la peine d’investir dans cette entreprise ? Quel est son coût marginal d’acquisition ? Son bénéfice marginal ?

  • Le coût marginal de sourire à quelqu’un est nul (enfin quelques fractions de calories pour bouger les muscles), mais le bénéfice marginal est énorme.

  • Le coût marginal de donner de l’argent à quelqu’un en difficulté peut être faible pour vous, mais le bénéfice marginal pour la personne que vous aidez peut être énorme.

  • Lors d’une soirée bien arrosée, le coût marginal des premiers verres est faible et le bénéfice plutôt élevé (vous vous sentez bien, désinhibition, etc.), mais chaque verre de plus voit ce bénéfice diminuer et le coût augmenter. Le coût global augmente non seulement de façon monétaire, mais il se fait sentir aussi sur votre état. Le fameux verre de trop…


Convaincus ?

  • Pour recevoir toutes les éditions, il suffit de souscrire à l’abonnement Premium.

  • Puis de cocher la case ECON 101 dans votre compte Snowball (vous êtes par défaut désinscrits) :

Je m'inscris à ECON 101

Excellente fin de week-end ou début de semaine !

Yoann ❤️

P.S. : Comme toujours, n’hésitez pas à partager ! The more the merrier.

💖 💖 Et ajoutez un petit cœur si ça vous a plu. :)


🚨 Avertissement : Comme je vous le répète souvent, je n’ai pas de baguette magique. 🧙‍♀️ Vous comprenez donc qu'en lisant "Snowball", vous ne recevez pas de conseils en matière d'investissement. De plus, je ne vous connais pas assez. Aucun contenu publié ici ne constitue une recommandation selon laquelle un titre, un portefeuille de titres, une transaction ou une stratégie d'investissement particuliers conviennent à une personne spécifique. Vous comprenez également que je ne vous conseille pas personnellement sur la nature, le potentiel, la valeur ou la pertinence d'un titre, d'un portefeuille de titres, d'une transaction, d'une stratégie d'investissement ou de tout autre sujet. Dans la mesure où tout contenu publié peut être considéré comme un conseil ou une recommandation d'investissement en rapport avec un titre particulier, ces informations sont impersonnelles et ne sont pas adaptées aux besoins d'investissement d'une personne spécifique. Vous comprenez qu'un investissement dans un titre quelconque est soumis à un certain nombre de risques, et que les discussions sur un titre publié sur "Snowball" ne contiendront pas de liste ou de description des facteurs de risque pertinents.

Ah, et "Snowball" n'est pas destiné à fournir des conseils fiscaux, juridiques, d'assurance ou d'investissement, et rien de ce qui est publié ici ne doit être interprété comme une offre de vente, une sollicitation d'offre d'achat, ou une recommandation pour un titre quelconque par son (ses) auteur(s) ou un tiers. Vous êtes seul responsable de déterminer si un investissement, une action ou une stratégie, ou tout autre produit ou service, vous convient en fonction de vos objectifs d'investissement et de votre situation personnelle et financière. Vous devez consulter un conseiller financier ou un professionnel de la fiscalité concernant votre situation juridique, financière ou fiscale spécifique.