đŸ€” Pourquoi tout ça ? PremiĂšre partie

La psychologie de l'argent

Hello Snowballers !

J’espĂšre que vous allez toutes et tous bien en ce dĂ©but d’automne. 🍁

Cela fait plusieurs semaines que je voulais Ă©crire cette Ă©dition. Pas Ă©vident de se lancer sur un sujet aussi philosophique et psychologique : pourquoi il est important de s’intĂ©resser au vaste domaine des finances personnelles — c’est-Ă -dire Ă  la gestion de son argent, son Ă©pargne, son patrimoine, ses investissements, etc.

La question n’est pas Ă©vidente car elle est trĂšs personnelle, trĂšs subjective et trĂšs dĂ©pendante de quand et oĂč nous sommes nĂ©s. Cependant, on peut retrouver des fils rouges ici et lĂ  qui nous sont communs Ă  toutes et Ă  tous.

La question qui se cache aussi derriĂšre est de savoir pourquoi j’ai lancĂ© Snowball. Évidemment, c’est un sujet qui me passionne. Évidemment, j’adore en parler et Ă©crire dessus. Mais pourquoi ? Pourquoi vouloir transmettre ce savoir ? Je n’écris pas juste pour Ă©crire. J’écris principalement pour rendre accessible et comprĂ©hensible un sujet qui est, selon moi, un des sujets qui impactent le plus nos vies, avec la santĂ©.

J’ai rĂ©cemment commencĂ© la lecture de The Psychology of Money qui m’a poussĂ© Ă  me lancer dans la rĂ©daction de cette Ă©dition (trĂšs trĂšs) inspirĂ©e de ce livre.

À la fin de cette Ă©dition — sĂ©quencĂ©e en deux parties — j’espĂšre que je vous aiderai Ă  :

  • comprendre pourquoi il est important de s’intĂ©resser aux finances perso ;

  • comprendre que ce n’est pas rĂ©servĂ© qu’aux riches ;

  • comprendre pourquoi c’est Ă©galement important d’en parler autour de vous ;

  • comprendre un peu mieux votre rapport Ă  l’argent ;

  • comprendre pourquoi l’argent c’est important et ne doit pas ĂȘtre vu comme quelque chose de diabolique et tabou.

Cette édition regroupe diverses connaissances tirées de livres (en particulier celui de Morgan Housel), articles et parfois de mon cerveau.

🚹 Cette Ă©dition est pour moi l’une des plus importantes de toutes ! Si vous pouviez la transmettre Ă  au moins une personne pour qui la finance perso est un sujet trop abstrait ou complexe, alors vous feriez une trĂšs bonne action ! Pensez Ă  ça quand vous lirez le point numĂ©ro 6 de cette Ă©dition.

Share

💡 VOUS POUVEZ RETROUVER LA SECONDE PARTIE ICI

La psychologie de l’argent

Comme nous le rappelle Morgan Housel, le fait de connaĂźtre la rĂ©ussite financiĂšre Ă  trĂšs peu Ă  voir avec le fait d’ĂȘtre “intelligent”, mais plus avec le fait de bien se comporter et de bien gĂ©rer ses Ă©motions. Et comme vous le savez, le comportement est difficile Ă  enseigner. Ce n’est pas pour rien que la plus grosse valeur ajoutĂ©e d’un coach sportif n’est pas forcĂ©ment l’aspect technique, mais plus l’aspect motivation. C’est lui qui va vous pousser Ă  avoir le bon comportement. C’est un peu la mĂȘme chose avec l’argent.

Il est trĂšs courant d’entendre des success stories de personnes banales avec des mĂ©tiers trĂšs banals qui se retrouvent avec un Ă©norme pactole Ă  la retraite tout simplement car ils ont eu un bon comportement. Et inversement, des personnes comme Johnny Depp ou Rihanna qui se retrouvent en difficultĂ©s financiĂšres, encore une fois Ă  cause de leurs comportements, malgrĂ© les centaines de millions qui transitent par leurs comptes bancaires.

Il est fascinant de se rendre compte que la rĂ©ussite financiĂšre dĂ©pend trĂšs peu d’un aspect purement technique comme cela pourrait ĂȘtre le cas dans les rĂ©ussites d’un mĂ©decin, d’un marketeur, ou d’un pilote d’avion.

Justement parlons de mĂ©decine et de santĂ©. Il existe deux choses qui vous impactent que vous vous y intĂ©ressiez ou non : la santĂ© et l’argent.

Le domaine de la santĂ© est omniprĂ©sent dans nos vies. Les avancĂ©es mĂ©dicales, l’hygiĂšne, ĂȘtre suivi par un mĂ©decin, ĂȘtre conscient de ce que l’on mange et faire du sport (mĂȘme si c’est trĂšs difficile) composent aujourd’hui un ensemble nous permettant de vivre mieux et plus longtemps.

Nous n’avons pas vu d’avancĂ©es similaires du cĂŽtĂ© de la finance. Nous ne sommes pas vraiment devenus de meilleurs investisseurs avec le temps. L’épargne globale a augmentĂ© car la population globale a augmentĂ© et notre espĂ©rance de vie aussi, mais nous n’investissons pas mieux.

Quand j’ai lancĂ© Snowball, c’était un de mes objectifs. Tenter de vous aider Ă  mieux investir en partageant mes connaissances et celles de personnes que j’admire.

Vous aider Ă  investir est un point important, mais comprendre pourquoi il faut Ă©pargner et investir est peut-ĂȘtre encore plus important pour vous aider Ă  lancer la machine.

1/ Nous sommes tous différents

Il est important de comprendre que nous sommes tous diffĂ©rents dans notre rapport Ă  l’argent. Une personne nĂ©e pendant une dĂ©pression sera forcĂ©ment plus “proche” de son argent et aura tendance Ă  ne pas investir. Une personne qui commence Ă  investir au dĂ©but de marchĂ©s financiers en pleine croissance aura tendance Ă  prendre plus de risques (c’est clairement mon cas, car j’ai commencĂ© Ă  investir dans des marchĂ©s haussiers aprĂšs 2008).

Logiquement nous devrions investir notre argent par rapport Ă  nos objectifs, par rapport au climat actuel et futur et par rapport aux instruments disponibles. Ce n’est pas le cas. En 2006, les Ă©conomistes Ulrike Malmendier et Stefan Nagel ont dĂ©montrĂ© en analysant prĂšs de 50 ans de donnĂ©es que les gens prennent des dĂ©cisions Ă©conomiques et financiĂšres basĂ©es sur les expĂ©riences propres Ă  leur gĂ©nĂ©ration.

Chaque décision financiÚre qu'une personne prend a un sens pour elle à ce moment-là et coche les cases qu'elle doit cocher. Ils se racontent une histoire sur ce qu'ils font et pourquoi ils le font, et cette histoire a été façonnée par leurs propres expériences.

Il faut garder Ă  l’esprit que nous sommes tous des newbies en finance ! Le systĂšme financier moderne est extrĂȘmement jeune (environ 50 ans). Il est normal de ne pas ĂȘtre des experts. Comme le dit MickaĂ«l Mangot, expert en finance comportementale :

'“Nous n'avons pas Ă©voluĂ© pour interagir avec un Ă©cran Bloomberg.” [les Ă©crans utilisĂ©s par beaucoup de traders.]

Leçon Ă  retenir : ne vous jugez pas de façon trop sĂ©vĂšre. J’entends trop souvent des “je suis nul”, “la finance c’est trop compliquĂ©â€, “ce n’est vraiment pas pour moi” ou encore “je ne serai jamais aussi bon que
”. Partez du principe que vous et le reste du monde avez Ă©tĂ© influencĂ©s par l’environnement dans lequel vous avez grandi. Le fait d’en prendre conscience vous permet de dĂ©tecter certains biais. Si vous avez peur d’investir, est-ce vraiment parce que vous avez peur ou bien parce que vos parents conservaient leur argent sous le matelas ?

2/ Talent, chance et prise de risque

Il ne faut pas chercher trĂšs loin pour comprendre que la rĂ©ussite ou l’échec financier sont souvent liĂ©s Ă  des facteurs que vous ne pouvez pas forcĂ©ment maĂźtriser. Évidemment votre talent et votre connaissance du monde entrent en jeu. C’est d’ailleurs pour ça que vous lisez Snowball ! Pour amĂ©liorer vos connaissances dans le monde des finances personnelles.

Notre cerveau cherche souvent des raccourcis pour faciliter le traitement des infos. On va donc avoir tendance Ă  vouloir copier ce qui a marchĂ© dans la rĂ©ussite des autres et Ă©viter ce qui a provoquĂ© leur Ă©chec. Ce n’est pas pour rien que beaucoup cherchent Ă  Ă©muler la philosophie de Benjamin Graham ou encore Warren Buffet. Alors oui, c’est trĂšs bien de s’inspirer de ces gens-lĂ , mais il faut garder en tĂȘte que le monde n’est ni tout blanc ou tout noir, mais une nuance de gris.

Si on prend le cas de Graham par exemple, il est devenu extrĂȘmement riche en investissant Ă©normĂ©ment d’argent dans la compagnie d’assurance amĂ©ricaine Geico. Il a donc brisĂ© sa fameuse rĂšgle de diversification. Graham a mĂȘme dit par rapport Ă  cet investissement :

Un coup de chance ou une dĂ©cision extrĂȘmement judicieuse - pouvons-nous les distinguer ?

Le risque et la chance fonctionnent souvent ensemble. Est-ce que j’ai Ă©tĂ© brillant ou bien complĂštement inconscient d’investir 7 000 â‚Ź en 2014 (donc presque toutes mes Ă©conomies) dans Tesla et Apple ? Certainement un peu des deux.

Le truc pour mettre toutes les chances de votre cĂŽtĂ© en cas d’échec est d'organiser votre vie financiĂšre de telle sorte qu’un mauvais investissement ici et un objectif manquĂ© lĂ  ne vous anĂ©antissent pas, afin que vous puissiez continuer Ă  jouer jusqu'Ă  ce que les chances tombent en votre faveur.

Leçon Ă  retenir : il n’y a pas de recette magique qui vous fera gagner Ă  tous les coups ! Vous pouvez par contre faire en sorte de mixer prise de risque, chance et talent pour vous diriger vers une meilleure santĂ© financiĂšre. C’est pour cette raison que les stratĂ©gies qui allient prise de risque avec investissements moins risquĂ©s sont souvent les meilleures.

3/ Assez

Nous vivons dans une sociĂ©tĂ© qui nous pousse Ă  vouloir toujours plus. Toujours plus de fame, toujours plus d’amis, toujours plus de likes, toujours plus de nourriture, toujours plus de pouvoir et toujours plus d’argent.

La vĂ©ritable richesse n’est-elle pas de se libĂ©rer de cette fuite en avant et de se dire Ă  un moment que c’en est assez ?

Si on fait rentrer le risque dans l’équation, on se rend souvent compte que l’ĂȘtre humain, considĂ©rĂ© comme rationnel par les Ă©conomistes, tend Ă  risquer ce qu’il possĂšde dĂ©jĂ  pour ce qu’il n’a pas encore, et souvent pour des choses dont il n’a mĂȘme pas besoin.

Combien de gens s’endettent et mettent en pĂ©ril leur santĂ© Ă©conomique pour acheter des biens non nĂ©cessaires ? Les histoires de personnes surendettĂ©es qui enchaĂźnent les prĂȘts Ă  la consommation pour des achats futiles sont monnaie courante. Mais rappelez-vous du point 1, nous sommes tous diffĂ©rents et si ces personnes ont agi de telle sorte cela ne veut pas dire qu’elles sont folles, mais peut ĂȘtre qu’elles sont influencĂ©es par des forces inconscientes provenant de l’environnement dans lequel elles ont grandi.

Une des choses les plus importantes en finance est de savoir dire que c’en est assez. Je ne veux pas dire qu’il faut s’arrĂȘter d’épargner un jour, ou qu’il faut arrĂȘter d’investir. Par contre tout risquer pour obtenir un peu plus est complĂštement illogique. Les scandales impliquant des millionnaires dans des dĂ©lits d’initiĂ©s, c’est-Ă -dire acheter ou vendre des actions en ayant une info que le public n’a pas, pour grappiller quelques millions sont frĂ©quents dans les journaux. Ces gens dĂ©truisent leur carriĂšre pour quelque chose dont ils n’avaient pas besoin : quelques millions de plus.

C’est un peu le raisonnement que j’ai utilisĂ© lorsque j’ai dĂ©cidĂ© de revendre l’intĂ©gralitĂ© de mon portefeuille. J’avais dĂ©jĂ  pris pas mal de risque et je me suis simplement dit “c’est assez, repartons sur des bases plus saines”.

Leçon Ă  retenir : l’ambition est saine, le fait de vouloir faire grandir son patrimoine est sain, le fait de vouloir amasser de l’argent pour des projets futurs comme l’éducation de ses enfants ou un tour du monde est sain. Par contre, la fuite en avant qui pousse Ă  prendre des risques insensĂ©s pour ressembler Ă  un ou une telle est dangereuse en finance, car elle vous dĂ©connecte de la rĂ©alitĂ© et vous enferme dans la poursuite de toujours plus.

4/ Comprendre les intĂ©rĂȘts composĂ©s (le fameux Snowball effect)

Compound interest is the eighth wonder of the world. He who understands it, earns it ; he who doesn't, pays it — Albert Einstein

Notre cerveau a beaucoup de mal Ă  visualiser les effets des intĂ©rĂȘts composĂ©s car nous rĂ©flĂ©chissons de façon linĂ©aire. Il est facile pour nous de comprendre 10 + 10 + 10 + 10 + 10 = 50, mais plus difficile de visualiser une formule comme ci-dessous. 👇

Les intĂ©rĂȘts composĂ©s font que si vous placez votre argent de façon rĂ©guliĂšre sur une longue pĂ©riode, alors votre capital augmentera de façon incroyable.

La clĂ© des intĂ©rĂȘts composĂ©s n’est pas forcĂ©ment la somme que vous allez investir, ni le taux d’intĂ©rĂȘt, mais surtout la pĂ©riode sur laquelle vous allez investir. La clĂ© est donc la discipline.

Si on prend l’exemple de Warren Buffet qui a commencĂ© Ă  investir Ă  l’ñge de 10 ans et qui est maintenant un des hommes les plus riches au monde avec prĂšs de 80 milliards de dollars (cash et actions), on se rend compte que s’il avait commencĂ© Ă  investir Ă  l’ñge de 30 ans au lieu de 10 et qu’il s’était arrĂȘtĂ© Ă  l’ñge de 60 ans au lieu de continuer, alors sa richesse serait de 11,9 millions de dollars ou prĂšs de 99 % de moins que sa performance actuelle !

Faisons une petite expĂ©rience. Selon CNBC, le retour annuel moyen de l’index qui suit les 500 plus grosses entreprises amĂ©ricaines, le S&P 500 (Ă©quivalent du CAC40 en France), est de 9,8 %. Arrondissons Ă  10 % par souci de simplification.

Imaginons que vous partez avec une somme de 1 000 € et que vous investissez simplement 50 € tous les mois sur un ETF qui va suivre les cours du S&P 500. Disons que les diverses commissions rongent les retours de 1%. Du coup, partons sur 9 % de retours annuels, comparons cela Ă  un taux d’intĂ©rĂȘt annuel de 0,5 % (le livret A) et une personne qui aurait surperformĂ© avec des retours de 17,5 % par an :

En plaçant votre argent sur le livret A vous ne pourrez mĂȘme pas vous payer une Renault Scenic neuve. Avec un placement passif sur un ETF vous pourrez bĂ©nĂ©ficier d’une rente confortable pour votre retraite avec un patrimoine financier de prĂšs de 560 000 $. Et si vous arrivez Ă  avoir de la chance et que vous rĂ©alisez des retours annuels de 17,5 %, alors votre patrimoine s’élĂšvera Ă  14 millions de dollars ! En plaçant seulement 50 $ par mois


Est-ce que vous comprenez mieux le pouvoir des intĂ©rĂȘts composĂ©s ?

Le secret est donc votre discipline Ă  investir de l’argent et surtout la longĂ©vitĂ© de cette discipline. Ce n’est pas non plus de vouloir obtenir les taux d’intĂ©rĂȘt les plus importants, mais des taux d’intĂ©rĂȘt dĂ©cents (pas ceux du livret A ou des fonds euros qui sont en chute libre).

Comme le dit Morgan Housel, le livre de finances personnelles le plus important devrait ĂȘtre intitulĂ© : Fermez-la et attendez.

Leçon Ă  retenir : pensez aux intĂ©rĂȘts composĂ©s quand vous vous dites qu’investir seulement 50 € par mois ne sert Ă  rien. Imaginez la courbe ci-dessus si vous passez de 50 € Ă  100 €, Ă  1 000 â‚Ź ! Vous avez des enfants ? S’il vous plaĂźt apprenez-leur cette notion ! Parlez-en Ă  vos amis, Ă  votre famille, transfĂ©rez-leur cette Ă©dition !

5/ Devenir riche vs. rester riche

Pour Morgan Housel, la seule façon de rester riche est d’ĂȘtre un peu frugal et paranoĂŻaque.

Pour obtenir de l'argent, il faut prendre quelques risques (investir dans un ETF ou divers produits dans une assurance vie est une forme de petit risque), ĂȘtre optimiste et se lancer.

Mais pour garder de l'argent, il faut faire le contraire. Il faut ĂȘtre humble et craindre que ce que vous avez gagnĂ© vous soit retirĂ©. Il faut faire preuve d’un peu de frugalitĂ© et accepter qu'au moins une partie de ce que vous avez gagnĂ© est attribuable Ă  la chance. Je ne vous dit pas qu’il faut ĂȘtre dans l’extrĂȘme du mouvement FIRE hardcore (Financial Independence, Retire Early) avec certains membres qui arrĂȘtent complĂštement de sortir par exemple pour Ă©conomiser un maximum. Savoir qu’une partie de votre succĂšs dĂ©pend un peu du hasard fait qu'on ne peut pas compter sur le fait que les succĂšs passĂ©s se rĂ©pĂštent indĂ©finiment.

Pour bĂ©nĂ©ficier des intĂ©rĂȘts composĂ©s il faut pouvoir investir et donc Ă©viter de (i) tout dĂ©penser et (ii) de tout faire disparaĂźtre car vous avez pris trop de risques.

Nassime Taleb nous dit de façon trÚs sage :

“Having an ‘edge’ and surviving are two different things: the first requires the second. You need to avoid ruin. At all costs.”

Traduction approximative :

"Avoir un avantage et survivre sont deux choses diffĂ©rentes : la premiĂšre exige la seconde. Vous devez Ă©viter la ruine. À tout prix".

Pour appliquer la mĂ©thode survivaliste Ă  ses finances perso, Morgan Housel nous dit qu’il faut :

  1. Être financiĂšrement incassable. Ça veut dire quoi ? Tout simplement que vous avez prĂ©vu le pire financiĂšrement. Par exemple, conserver un matelas de sĂ©curitĂ© peut paraĂźtre complĂštement irrationnel si on se dit que placer son argent sur les marchĂ©s peut rapporter prĂšs de 10 % par an. Par contre si ce cash vous permet de ne pas vendre vos actions en plein krach boursier, alors les retours de ce cash qui dormait sur votre compte sont gigantesques (effets des intĂ©rĂȘts composĂ©s).

  2. Planifier OK, mais aussi se dire que le plan ne fonctionnera certainement pas tout le temps. Vous devez accepter une marge d’erreur dans votre plan. Par exemple, si vous projetez d’obtenir 8 % de retours par an sur 40 ans, mais que vous ĂȘtes aussi OK avec 4 %, alors votre plan est bon. Le fait de se laisser de la libertĂ© Ă  l’intĂ©rieur d’un cadre est libĂ©rateur. Être complĂštement inflexible (et pas qu’en finance) peut ĂȘtre trĂšs dangereux. Ne pas avoir d’objectif de rendement annuel est aussi OK. Se dire par exemple que vous allez investir 50 € tous les mois est une forme de plan qui peut suffire pour certains. Et si parfois vous investissez seulement 25 € c’est aussi OK.

  3. Optimiste quant Ă  l'avenir, mais paranoĂŻaque quant Ă  ce qui peut vous empĂȘcher d'aller dans la bonne direction. Un des concepts les plus importants dans la vie, selon moi, est de se dire que rien n’est noir ou blanc. Vous pouvez l’appliquer Ă  tout. Le fait de comprendre que le monde est fait de nuances est primordial pour avancer sereinement et mieux comprendre les autres. Être optimiste en finance ne veut pas dire que vous allez rĂ©ussir 100 % du temps, mais que dans l’ensemble vous allez rĂ©ussir. Il faut accepter qu’entre le dĂ©but de vos investissements et la rĂ©ussite (obtenir un patrimoine confortable), il puisse y avoir des Ă©checs.

Leçon Ă  retenir : espĂ©rer et tout faire pour que le meilleur arrive tout en se prĂ©parant pour le pire est souvent la meilleure façon d’avancer sur de nombreux sujets pour garder l’esprit sain et libre. Par exemple, un pilote d’avion fera tout pour bien prĂ©parer son vol. Plan de vol, vĂ©rification de la mĂ©tĂ©o, check-list de l’avion etc. Par contre en cas de panne ou d’accident il saura exactement quoi faire. Le fait de savoir quoi faire fait qu’il ne paniquera pas et sortira le plus souvent de cette situation sain et sauf.

6/ La loi de Pareto

Il est important de comprendre cette fameuse loi qui dit qu’environ 80 % des effets sont le produit de 20 % des causes.

En finance cela veut donc dire qu’environ 80 % de vos retours sur investissement proviendront d’environ 20 % de vos dĂ©cisions. Qu’est-ce que ça veut dire concrĂštement ? Cela peut vouloir dire beaucoup de choses :

  • Si vous ĂȘtes un stock-picker (vous choisissez vous-mĂȘme vos actions), vous pouvez vous dire avec beaucoup de certitudes que 80 % des plus-values de votre portefeuille proviendront d’environ 20 % de vos actions. C’est parfois mĂȘme plus extrĂȘme comme cet exemple de Warren Buffet qui nous dit qu'il a possĂ©dĂ© 400 Ă  500 actions au cours de sa vie et qu'il a gagnĂ© la plupart de sa fortune sur 10 d'entre elles.

  • Imaginons que vous investissez dans un ETF sur 50 ans, cet ETF sera lui-mĂȘme poussĂ© vers le haut par quelques actions. En 2018, Amazon a Ă©tĂ© Ă  l'origine de 6 % des rendements du S&P 500, Apple de 8 %


  • Restons sur ce mĂȘme exemple de l’ETF. Si vous investissez sur une pĂ©riode de 50 ans, il se peut que vous traversiez des pĂ©riodes tumultueuses. Le fait de garder le cap et de ne pas tout vendre en cas de crash vous permettra de profiter des intĂ©rĂȘts composĂ©s. Ces quelques dĂ©cisions gĂ©nĂ©reront la majoritĂ© de vos retours sur investissement. Comme le dit Morgan Housel en citant NapolĂ©on :

Leçon Ă  retenir : les mĂ©dias et le monde de communication Ă  outrance dans lequel nous vivons ne nous aident pas du tout Ă  comprendre cette loi de Pareto. Nous voyons les succĂšs et pensons qu’ils sont instantanĂ©s. On ne voit pas les centaines d’échecs ou de petites rĂ©ussites qui se cachent derriĂšre un Ă©norme succĂšs. C’est la mĂȘme chose en investissement. Ce sont ces micro-dĂ©cisions et quelques dĂ©cisions que vous allez prendre qui vont gĂ©nĂ©rer la majoritĂ© de votre rĂ©ussite financiĂšre. Le fait d’épargner une petite partie de vos revenus, de choisir tel ou tel travail, tel ou tel produit financier, d’acheter cet appartement dans une ville qui va grandement se dĂ©velopper, etc. Certaines dĂ©cisions seront liĂ©es Ă  la chance, Ă  vos talents, d’autres Ă  des conseils reçus par des amis ou des professionnels, et d’autres seront liĂ©es Ă  une newsletter. 😇

The end of part 1.

💡 VOUS POUVEZ RETROUVER LA SECONDE PARTIE ICI

Ce sujet n’est pas Ă©vident Ă  traiter, mais j’espĂšre que vous comprenez mieux l’importance que peuvent jouer les finances personnelles dans votre vie. Comme d’habitude, si vous avez la moindre question ou remarque vous pouvez simplement rĂ©pondre Ă  cet email. Je vous rĂ©pondrai rapidement.

Cette Ă©dition vous a plu ? Faites-le-moi savoir en ajoutant un petit ❀.

Comme je disais au tout dĂ©but, je pense que cette Ă©dition peut ĂȘtre utile Ă  beaucoup de personnes de votre entourage. Vous pouvez donc leur transfĂ©rer cet email via votre boĂźte mail ou bien en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Share

Je vous souhaite une excellente journée à toutes et à tous !

Yoann. ❀


🚹Avertissement : Vous comprenez qu'en lisant "Snowball", vous ne recevez pas de conseils en matiĂšre d'investissement. Aucun contenu publiĂ© ici ne constitue une recommandation selon laquelle un titre, un portefeuille de titres, une transaction ou une stratĂ©gie d'investissement particulier conviennent Ă  une personne spĂ©cifique. Vous comprenez Ă©galement que je ne vous conseille pas personnellement sur la nature, le potentiel, la valeur ou la pertinence d'un titre, d'un portefeuille de titres, d'une transaction, d'une stratĂ©gie d'investissement ou de tout autre sujet. Dans la mesure oĂč tout contenu publiĂ© peut ĂȘtre considĂ©rĂ© comme un conseil ou une recommandation d'investissement en rapport avec un titre particulier, ces informations sont impersonnelles et ne sont pas adaptĂ©es aux besoins d'investissement d'une personne spĂ©cifique. Vous comprenez qu'un investissement dans un titre quelconque est soumis Ă  un certain nombre de risques, et que les discussions sur un titre publiĂ©es sur "Snowball" ne contiendront pas de liste ou de description des facteurs de risque pertinents.

"Snowball" n'est pas destinĂ© Ă  fournir des conseils fiscaux, juridiques, d'assurance ou d'investissement, et rien de ce qui est publiĂ© ici ne doit ĂȘtre interprĂ©tĂ© comme une offre de vente, une sollicitation d'offre d'achat, ou une recommandation pour un titre quelconque par son (ses) auteur(s) ou un tiers. Vous ĂȘtes seul responsable de dĂ©terminer si un investissement, une action ou une stratĂ©gie, ou tout autre produit ou service, vous convient en fonction de vos objectifs d'investissement et de votre situation personnelle et financiĂšre. Vous devez consulter un conseiller financier ou un professionnel de la fiscalitĂ© concernant votre situation juridique, financiĂšre ou fiscale spĂ©cifique.